dimanche 26 juin 2022

Repair Log #02.14: Final Fight (Capcom, 1989)

On ne présente plus Final Fight, ce beat them all mythique qui amorçait le tournant vers les jeux 16 bits. Reléguant Double Dragon au rang de promenade anémique, Final Fight reprend les grands principes de son illustre prédecesseur, tout en les améliorant. Tout le monde connait ce jeu, je vais juste indiquer que les ennemis sont généralement inspirés de groupes de rock de l'époque (Poison, Roxy Music), de jeux Capcom (Two.P est le second joueur de Forgotten Worlds) et même de catcheurs, dont le français André "le Géant" Roussimoff qui apparaît sous les traits d'Andore.

Côté hardware, le jeu est basé sur la mythique plateforme CPS-1, sur lesquels les titres à succès se sont enchaînés. La plateforme est très semblable à ce qui se faisait à l'époque : un 68000 cadencé à 10 ou 12 Mhz, des composants dédiés pour les graphismes, et un Z80+YM2151 pour le son. Et un circuit de protection.

Symptômes : glitchs d'affichage, pas de son.

Le PCB est en parfait état, que ce soit les cartes A, B ou C. La carte A est une carte courte.


A la mise sous tension, le jeu démarre, mais il est couvert de dollars !


Je les préfère toutefois dans mon portefeuille que sur un jeu de baston. Un rapide test croisé me permet d'exclure les cartes B et C, qui fonctionnent parfaitement sur une autre carte A.
Le jeu démarre donc, mais glitché. Il passe le self test, ce qui tend à indiquer que les SRAMs grahiques sont OK. A ce stade, tout semble désigner le PPU CPS-A-01 :



Ce composant génère une bonne partie des graphismes du jeu (plus de scrolling, fonds étoilé, palette ...). Il est tristement réputé pour son absence de fiabilité. Aussi, je le retire et nettoie les pads :



Et je remets un composant de remplacement prélevé sur une donneuse :



Le PPU CPS-A-01 (DL-031) est intégré dans un boitier QFP de 160 pattes. Le travail du français Loïc *WydD* Petit a permis l'année dernière de documenter totalement ce chip en le décapsulant et en analysant son contenu. C'est un travail de 8 mois qui est désormais public (consultable ici) et qui ouvre la voie à la reproduction de ce satané composant.

Le jeu démarre parfaitement :

Problème, il n'y a pas de son. Un test croisé me permettra d'identifier rapidement la PAL SOU1 comme la principale coupable :


Après changement, le jeu démarre parfaitement et je m'autorise quelques parties pour tester le jeu en profondeur.

Moralité : mieux vaut ne pas être couvert de dollars pour jouer à Frugal Fight.

Bilan :
1x CPS-A-01
1x PAL SOU1 (MMI)



Mission accomplie.

Remerciements à Nicolas Reant pour la carte et à Loïc *WydD* Petit pour la rétro-ingénierie du PPU, dont les travaux sont publiés ici  : https://gitlab.com/loic.petit/cps2-reverse/-/tree/master/DLs/DL-0311/, et le schéma là : https://petitl.fr/cps2/DL-0311/
Comme d'habitude, les schémas du PCB sont publiés ici.

dimanche 12 juin 2022

Repair Log #2.13: Tiger Road (Capcom, 1987)

Tiger Road est un jeu de plateformes dont l'action se déroule donc en Chine, à l'époque de Confucius, dont les citations restent plus que jamais d'actualité. Il est sorti chez Capcom et réalisé par Tokuro Fujiwara. Ce dernier est l'un des concepteurs les plus prolifiques de Capcom car on lui doit notamment le tout premier jeu Capcom, Vulgus, mais aussi Ghosts n Goblins, Commando, Megaman, Strider et bien d'autres jeux cultes. Côté hardware, Tiger Road appartient à la grande famille des jeux pré-CPS (ou CPS-0 voire CPS tout court), soit tout ce qui est sorti avant l'introduction du système CPS-1 en 1988, quelque soit le hardware utilisé. Techniquement, le jeu est basé autour d'un 68000, d'un Z80 couplé à un processeur Yamaha OPL.

Lire la suite

dimanche 29 mai 2022

Repair Log #2.12: ESP Ra.De (Cave, 1998)

ESP Ra.De est un shoot them up développé en 1998 par Cave (Computer Art Visual Entertainment), une société de jeux d'arcade essentiellement fondée par des anciens de Toaplan en 1994. C'est un manic shooter, un sous-genre du shoot them up, extrêmement difficile, voire punitif. Les PCB de cette génération ont été quasiment inexistantes en France, elles s'arrachent aujourd'hui à prix d'or, tant les émulateurs logiciels peinent à reproduire fidèlement le comportement de la carte, tels que les ralentissements induits par la présence de centaines de projectiles à l'écran simultanément. Ces ralentissements font partie intégrante du gameplay.

Côté hardware, le jeu s'articule autour d'un processeur Motorola 68000, d'un Z80 avec un chip sonore YMZ280B. Il n'y a rien de bien révolutionnaire là dedans, si ce n'est les différents processeurs graphiques dédiés en charge notamment de la génération des sprites ou des décors.

Lire la suite

dimanche 15 mai 2022

Repair Log #2.11: Vendetta (Konami, 1991)

Crime Fighters II est le titre original de Vendetta. C'est la suite de Crime Fighters sorti deux ans plus tôt chez Konami. Vendetta a la particularité d'être assez violent, en changeant de nom outre atlantique, il sera également censuré au passage et le lien avec son prédécesseur également effacé. Ainsi, des ennemis habillés en cuir façon SM ou des postures explicites passèrent à la trappe lors de leur passage à l'occident. Raison de plus aujourd'hui pour réparer ce jeu ! Violent Storm viendra parachever cette trilogie en 1993.

 

Lire la suite

dimanche 1 mai 2022

Repair Log #2.10: Golden Axe (Sega, 1989)

Ce beat them all d'heroic Fantasy s'inspire très largement de Conan le Barbare sorti quelques années plus tôt. D'ailleurs, il lui empruntera quelques bruitages comme les cris de certains adversaires. Pour autant, de l'aveu même de l'un de ses concepteurs, Makoto Uchida, l'idée était de faire un jeu qui combinerait des sortilèges et des épées avec le gameplay de Double Dragon. Ainsi naquit GoldenAxe, deux ans après son illustre prédecesseur. Le jeu est basé sur le hardware System16 et développé en grande partie par la Team Shinobi.

Lire la suite

dimanche 17 avril 2022

Repair Log #2.09: Atomic Runner Chelnov (Data East, 1988)

Atomic Runner Chelnov est un Run and Gun développé par Data East en 1988. Le personnage principal est le survivant d'une explosion d'une centrale nucléaire qui, après avor reçu une très forte dose de radiations, s'est vu doté de super pouvoirs qu'il met au service du bien. Le jeu est paru un peu moins de deux ans après la catastrophe de Tchernobyl, ce qui a poussé Data East à se justifier à la télévision japonaise de l'époque. D'ailleurs, le titre est une contraction de Chernobyl et de Karnov (Chelnov).
Ca tombe bien, le jeu est basé sur le hardware de Karnov, paru un an plus tôt chez le même éditeur en 1987.

Lire la suite

vendredi 8 avril 2022

A quoi j'ai joué en 3 mois...

Ca faisait un moment que je n'avais pas écrit sur le blog. Et comme je ne trouvais pas d'idée, j'ai décidé de faire un petit billet pour donner mon ressenti sur les jeux que j'ai terminé ces 3 premiers mois de 2022 (et pas forcement des jeux récent).

Lire la suite

dimanche 3 avril 2022

Repair Log #2.08: Super Bishi Bashi Champ (Konami, 1998)

Ce jeu créé par Konami en 1998 est la suite de Bishi Bashi Champ (1996), lui-même s'inscrit dans une longue série de déclinaisons en arcade, sur consoles et y compris aujourd'hui sur mobiles. Ce titre est assez inclassable car il comporte plusieurs mini-jeux, dont le seul point commun est de se jouer avec quatre boutons. On a finalement assez peu vu ce jeu en France, à l'exception notable du James Game Center.
Côté technique, le jeu est basé sur un hardware Konami dédié, architecturé autour d'un 68000 et de composants graphiques dédiés Konami.

Lire la suite

- page 1 de 13