Consoles

Tous les billets ayant pour sujet les consoles de salon

Fil des billets - Fil des commentaires

mardi 13 juillet 2021

Lollipop Chainsaw : la cheerleader tronçonne toujours deux fois

Pas la peine de nier, on sait tous pourquoi tu as acheté ce jeu : ça promet de la lycéenne nubile et du défouraillage de zombies alors pourquoi tourner autour du pot ? Lollipop Chainsaw est vulgaire et racoleur comme ces jaquettes de séries Z dans les vidéoclubs du siècle dernier et c'est exactement pourquoi tu mets ton DVD dans la console.
L'intro arrive, délicieusement rétro-pulp avec ses encrages de comics, couleurs un peu jaunies et trames d'impression et un hard-rock acidulé, "Cherry Bomb", pour donner le ton. Uh uh uh, petit coquinou, tu sais parfaitement pourquoi tu appuies sur "start".

Lire la suite

mardi 6 juillet 2021

Wario Ware : gone in 5 seconds

2003, après deux années de vie, le Game Boy Advance de Nintendo est un incontournable des cours de récré et les seuls reproches qu'on pouvait encore légitimement adresser à la machine (pompe à piles et écran sombre) viennent tout juste d'être balayés par l'arrivée du sublime GBA SP : puissante batterie interne rechargeable, écran rétro-éclairé et design en clapet compact qui protège l'écran. Bref, la vie est enfin belle pour les forçats du RER et les voyages en bagnole... Si l'on excepte une ludothèque noyée d'adaptations paresseuses de jeux Super Nintendo ou de softs médiocres aux noms des licences du moment.
C'est qu'on a pris goût dans son salon aux visuels incroyables des PS2 et Gamecube et la portable de Nintendo ne joue vraiment pas dans la même cour. Du coup, même si on apprécie le côté déjà vintage des sprites et des chiptunes, on attend finalement plus aucune innovation pour la pratique nomade du jeu vidéo. Heureusement pour nous, Nintendo a un as de pique planqué dans la manche.

Lire la suite

mardi 29 juin 2021

Dead or Alive 2 : le gros bonnet du jeu de combat

Vous vous souvenez du premier Dead or Alive vous ? Moi oui, ils avaient une borne à la tête dans les nuages sur les Grands Boulevards au milieu des années 90. Un jeu de combat en 3D texturée qui tournait sur la carte Model 2 de Sega et ça se voyait : ça ressemblait très fort à Virtua Fighter 2 à trois différences près : une jouabilité nettement plus nerveuse, des arènes explosives et les poitrines énormes des persos féminins qui dansaient joyeusement comme des flambis posés sur une machine à laver en phase d'essorage. Un jeu franchement sympa mais rien non plus pour susciter un enthousiasme dingue. Le passage sur consoles Saturn et Playstation fut un peu plus marquant quand les joueurs découvrirent que le jeu était un peu plus sophistiqué que ce qu'il laissait paraître mais à l'époque des Virtua Fighter 2, Tekken 3 et autres Bloody Roar, difficile de sortir du lot. La licence paraissait donc morte à la naissance... Jusqu'à ce qu'arrive la Dreamcast en 1999.

Lire la suite

lundi 28 juin 2021

Herzog Zwei

Herzog Zwei est la suite d'Herzog, ("Zwei" signifie deux en allemand, et "Herzog" est un titre de noblesse germanique correspondant à duc) sorti sur MSX, NEC PC-8801 et Sharp X1. Herzog Zwei est sorti sur Mega Drive en 1989 au Japon (et plus tard aux États-Unis et en version PAL). Souvent méconnu, il mérite pourtant que l’on s’y attarde. C'est tout de même signé Technosoft, les créateurs de la série Thunderforce, excusez du peu !

Lire la suite

jeudi 10 juin 2021

Outcast : Un peu plus près des étoiles...

Comment résumer Outcast… Vous prenez Stargate (le film), vous mettez plusieurs environnements, vous ajoutez une IA bien foutue, une superbe musique orchestrale et vous saupoudrez le tout d'une touche d'action sous testostérone accompagné de la voix de feu Patrick Poivey (la voix de Bruce Willis entre autres).

Et vous voila avec un jeu d'action-aventure open world bien ficelé mais qui, malheureusement, malgré de très bonne critiques, ne se vendra pas si bien.

Lire la suite

mardi 8 juin 2021

Super Star Soldier : NEC star des dieux

France, 1990 : on vient juste d'attaquer la nouvelle décennie, les machines à jouer sont alors l'Amiga et l'Atari ST, un peu concurrencés par Sega et Nintendo qui se se sont imposés dans les salons. Beaucoup de gosses ont eu des Nintendo NES à noël et les plus chanceux (ou les plus bourges) jouent à Altered Beast sur Megadrive en essayant de vous faire croire que c'est vachement mieux que Wonder Boy ou Metroid. C'est une époque où on se découvre une passion pour le Japon, étrange petit pays asiatique qui a créé Mario et Zelda, Dragon Ball et les Chevaliers du Zodiaque.

Lire la suite

mardi 25 mai 2021

Dead Rising : mort et heureux de l'être

Top ! Je suis une licence de jeux vidéo développée par l'éditeur japonais Capcom. Mon scénario tourne autour d'une invasion de zombies après des expériences secrètes sur les armes biologiques. De nombreux épisodes ont été portés sur toutes les consoles, mon héros est brun et mal rasé, je suis, je suis ? Eh non désolé Gérard, la réponse était "Dead Rising".

Lire la suite

mardi 18 mai 2021

Resident Evil 4 : parasite crowd

Neuf années après la sortie fulgurante de Resident Evil sur Playstation, la licence s’est un peu zombifiée toute seule. Capcom a bien fait son Capcom et noyé progressivement le marché de portages, d’épisodes 1.5 et de suites copiées-collées de moins en moins imaginatives. La jouabilité pesante comme une enclume et les frayeurs scriptées sont devenues peu à peu complètement anachroniques à l’ère des miracles graphiques de la Playstation 2 et de la Gamecube.

Pour tout dire l’annonce d’un nouvel épisode de la série en 2005 est loin de vendre du cauchemar aux gamers comme autrefois même si Capcom annonce le retour de Shinji Mikami, créateur original aux commandes, plus un tournant radical dans l’esthétique et la jouabilité. Resi 4 est bien joli sur les photos mais on se demande quand même si on en a pas un peu ras-le-bol de claquer 60 euros pour slalomer entre les morts vivants en collectionnant des clés en forme d’objets d’art.

On va se reprendre la gifle du siècle mais on ne le sait pas encore.

Lire la suite

jeudi 13 mai 2021

Et si on apprenait à programmer tout en jouant ?

On retrouve souvent dans les jeux vidéos les mêmes genres : RPG, FRS, RTS, Shmup, Plateforme, etc. Et parmi ces genres, il y en a un qu'on peut croire réservé aux informaticiens : les jeux de programmation (souvent mis dans la catégorie Puzzle/Enigme). Or, ce n'est pas tout à fait vrai.

On va donc voir quelques jeux dont la thématique principale est la programmation mais qui ne s'adresse pas forcement au geek à lunette qui programme seul dans son garage (ah, les clichés…).

Lire la suite

mardi 4 mai 2021

Fruit Ninja Kinect : kiwi pommier et la coupe de feu

Les jeux c'est pour s'amuser. Pardon de commencer sur une tautologie aussi éhontée mais quand on a le nez dans le guidon à sa quatre-vingtième heure de Final Fantasy, Dead Cells ou Street Fighter V, le sens des proportions a tendance à s'émousser. Oui, on est tous et toutes là devant un écran avec un truc à la main pour faire bouger des formes et tinter des musiquettes pour oublier la vie réelle et se filer un bon coup de dopamine. Certains trouvent leur kif sur des simulations stratégiques poussées, d'autres sur des jeux d'arcade, de la baston sophistiquée, du shoot psychédélique... Tout est bon pour y trouver son bonheur. Alors pourquoi cette gêne diffuse qui nous tombe dessus quand on est confronté à un jeu casu ?

Lire la suite

mercredi 28 avril 2021

Limbo : danser au bout d'une corde

L'ombre d'un petit garçon qui se réveille au milieu des bruyères, dans la forêt d'un univers monochrome. Pas de musique, pas d'interlude scénaristique, juste l'instinct de se lever et de se diriger vers la droite, comme dans tous les jeux. D'ailleurs, l'instinct encore, on teste le bouton pour sauter, et on saute. Limbo est bien un jeu de plate-formes, donc.
On est sur Xbox 360 en 2010 (le jeu est alors une exclu Microsoft, oui aujourd'hui ça fait rire), l'industrie du jeu vidéo est sur le point d'être révolutionnée par l'arrivée de jeux d'auteurs inventifs et narratifs aux budgets modestes, uniquement disponibles en dématérialisé.

Lire la suite

mardi 13 avril 2021

Hadès : voyage au bout de l'enfer (feat. Hellboy)

Vous connaissez probablement la définition de la folie ? Pour celles et ceux qui n'ont jamais subi les bonnes blagues de Far Cry 3, je rappelle : c'est refaire toujours les mêmes actions en attendant un résultat différent à chaque fois. Quand on y pense c'est un peu aussi la définition même du jeu vidéo, et plus particulièrement encore de Hades, une oeuvre à la confluence du donjon aléatoire, des jeux From Software et de l'appli gratuite (avec achats intégrés) sur smartphone… Drôle de recette mais exécutée par des cuistots d'élite.

Lire la suite

mardi 6 avril 2021

Castlevania 64 : Dracula-bas si j'y suis.

Mettons les choses au clair dès le début : si pour vous la licence Castlevania est seulement synonyme de metroidvania et que la Nintendo 64 est un outil défectueux uniquement voué à jouer à Mario 64 et Ocarina of Time, ne perdez pas votre temps à continuer à lire ces quelques lignes : je ne vous convaincrai pas.

Si au contraire vous vous souvenez avec plaisir des aventures de Simon Belmont sur les consoles 8 à 16 bits et que vous avez possédé plus de deux jeux sur Nintendo 64, on est entre potes, j'arriverai peut-être même à vous convaincre que Castlevania 64 ne mérite pas sa réputation de "pire jeu de la série".

Lire la suite

mardi 30 mars 2021

KC Munchkin : King Pong contre Radiola

Le Videopac, c’était une expérience. Je vous parle d’un temps que les moins de euh, plusieurs décennies, ne peuvent pas connaître. Cette époque où les téléviseurs étaient ronds et pesaient une tonne, quand la prise péritel était un concept futuriste (j’en vois un au fond qui se demande si on avait la couleur : la réponse est oui, c’est nos parents qui vivaient en noir et blanc et se déplaçaient de manière rapide et saccadée en sortant de l’usine).

Allumer sa console à l’époque c’était la brancher directement à la prise de courant pour entendre résonner un TUDUDUDIP martial à vous arracher les oreilles. La magie du jeu vidéo c’était alors un joystick, un bouton et de l’action immédiate.

L’histoire du jeu vidéo a retenu le nom d’Atari, beaucoup moins celui de Philips/Radiola/Schneider/Brandt...

Lire la suite

mardi 23 mars 2021

Killer 7 : very bad trip

Dans le monde de la culture, la différence entre génie et escroquerie est parfois ténue comme le crin de cheval qui tenait l'épée de Damoclès.
Killer 7 est à ce titre un cas d'école, un titre tellement étrange, tellement radical qu'on se demande encore si c'est un chef d'oeuvre ou un beau foutage de gueule. On se demande aussi comment un truc aussi expérimental a réussi à franchir la frontière de son Japon natal.
Disons que si David Lynch avait jamais produit un jeu vidéo, il est probable que ça aurait ressemblé à ça, mais peut-être un peu moins bizarre et malsain même.

Lire la suite

- page 1 de 2