dimanche 18 avril 2021

Repair Log: Double Dragon (Technos Japan, 1987)

Le mythique beat them all a littéralement jeté les bases d’un style de jeu d'arcade qui aura une descendance spirituelle nombreuse et variée (Final Fight, Golden Axe, Streets of Rage, etc.). Double Dragon est lui-même une suite non officielle et plus aboutie de Renegade, un jeu paru un an plus tôt chez le même éditeur. Techniquement, le jeu est perclus de bugs et de ralentissements, la faute à un hardware et une phase de tests trop justes. Mais cela n’enlève rien à son charme un quart de siècle plus tard, bien au contraire.

Symptômes : Bouillie de pixels fixe, le jeu ne démarre pas.

Le PCB est version US classique, distribuée par Taito. Le PCB est très propre et ne semble jamais avoir subi de réparations. En mettant le jeu sous tension, je suis immédiatement accueilli par une bouillie fixe de pixels.

La vérification des signaux reset et horloge ne révèlera rien de suspect. J’inspecte immédiatement après la zone du CPU principal (HD63C09EP) et je tombe sur ce signal pas très catholique sur le pin 11 du processeur (ligne A3 du bus d’adresse) :

À partir de là, je vérifie quand même les 4 UVProms contenant le programme du CPU principal. Leur contenu est lu sans problème et révèlera au passage qu’il s’agit du set « Double Dragon (US set 1) ». Les UVProms sont bonnes et ne viennent pas perturber la ligne A3.

Il ne reste qu’un suspect, le processeur, que je retire :

Et après la mise en place de son remplaçant, le jeu démarre en self-test :

Un « 63701 ERROR » vient doucher mes espoirs d’une réparation rapide. Le HD63701(Y0P) est lui aussi une évolution du 6309, augmenté d’une partie ROM programmable une seule fois. C’est le microcontrôleur responsable de l’affichage des sprites (en rouge). Responsable aussi des ralentissements inhérents au jeu, mais j’y reviendrai dans un autre billet.

Il est sur socket, je le remplace par un autre provenant d’un PCB fonctionnel. Le jeu ne démarre pas plus et c’est tant mieux : mon composant est a priori bon. Je me dirige directement vers la SRAM (RAM statique, en bleu) associée au MCU.

Pins flottantes sur le bus de données :

Ces SRAM Toshiba TMM2016 (6116) sont assez paneuses. Je la démonte et mes doutes seront logiquement confirmés par une vérification hors circuit :

Je la remplace, et le jeu passe le test avant de démarrer, bien que glitché. Les sprites ne s’affichent que sur une ligne sur deux (les décors, eux, s’affichent correctement)  :

Un test croisé avec un PCB fonctionnel me permet de réduire le problème à la video board. J'en ai donc terminé avec la CPU board. La carte vidéo contient le circuit de synchro vidéo, le circuit des décors (BACK), mais surtout celui des sprites (OBJ). A lui seul, le circuit OBJ occupe les ¾ de la video board, ce qui représente 5 pages de schéma !

Après le test des 8 EPROMs de sprites qui ne révèlera rien de suspect, je commence à inspecter les 5 RAM 6116 du circuit OBJ, fabriquées par Sony cette fois sous la référence CXK5814P. À ce stade, je subodore un problème  sur le bus d’adressage. Mes soupçons se portent sur la RAM présente en ic81 :

Cette RAM s’avérera HS hors circuit :

Je la remplace et les sprites apparaissent normalement :

Le jeu est désormais totalement fonctionnel. Et avec du son s’il vous plaît.

Je vous laisse avec un peu de lecture, il est temps pour moi d’aller sauver Marianne pour la 7845684ème fois.

End of job.

jeudi 15 avril 2021

Bornes Bemani : avoir son propre serveur E-Amusement ?

Je ne sais pas si vous êtes possesseur de borne Bemani (branche jeux de rythme de Konami), mais un des intérêts de ces jeux est d'avoir ses scores sauvegardés afin de pouvoir voir ses progrès, voir même de les comparer avec d'autres joueurs, directement in-game. Hors ceci est généralement effectué via les serveurs E-Amusement de Konami et via un protocole de communication "chiffré". Et en tant que particulier, ça risque d'être compliqué de les utiliser.

Il existe toutefois quelques alternatives (et ce billet n'est pas un guide d'installation)…

Lire la suite

mardi 13 avril 2021

Hadès : voyage au bout de l'enfer (feat. Hellboy)

Vous connaissez probablement la définition de la folie ? Pour celles et ceux qui n'ont jamais subi les bonnes blagues de Far Cry 3, je rappelle : c'est refaire toujours les mêmes actions en attendant un résultat différent à chaque fois. Quand on y pense c'est un peu aussi la définition même du jeu vidéo, et plus particulièrement encore de Hades, une oeuvre à la confluence du donjon aléatoire, des jeux From Software et de l'appli gratuite (avec achats intégrés) sur smartphone… Drôle de recette mais exécutée par des cuistots d'élite.

Lire la suite

dimanche 11 avril 2021

Repair Log: Asterix (Konami, 1992)

Avant une énième adaptation improbable au cinéma avec Guillaume Canet dans le rôle titre, accompagné de Gilles Lellouche (improbable aussi dans le rôle d'Obélix) ou encore Pierre Richard ou Zlatan Ibrahimovic, Astérix avait fait l'objet d'une adaptation en arcade assez réussie, signée par Konami. Le jeu est sorti sur le hardware de Xexex, lui-même une évolution du hardware de Teenage Mutant Ninja Turtles. Bref du pur Konami 16 bits.

Lire la suite

mardi 6 avril 2021

Castlevania 64 : Dracula-bas si j'y suis.

Mettons les choses au clair dès le début : si pour vous la licence Castlevania est seulement synonyme de metroidvania et que la Nintendo 64 est un outil défectueux uniquement voué à jouer à Mario 64 et Ocarina of Time, ne perdez pas votre temps à continuer à lire ces quelques lignes : je ne vous convaincrai pas.

Si au contraire vous vous souvenez avec plaisir des aventures de Simon Belmont sur les consoles 8 à 16 bits et que vous avez possédé plus de deux jeux sur Nintendo 64, on est entre potes, j'arriverai peut-être même à vous convaincre que Castlevania 64 ne mérite pas sa réputation de "pire jeu de la série".

Lire la suite

dimanche 4 avril 2021

Repair Log: Teenage Mutant Ninja Turtles (Konami,1989)

Inspiré par le dessin animé de 1987 co-produit par les français d'iDDH, ce jeu a eu énormément de succès dans les salles d'arcades de l'époque. Pour des raisons de droits, toutes les versions publiées sur les différents stores ont vu le générique amputé ou réinterprété. Aujourd'hui, je me penche sur ce PCB de Tortue Ninja, confiée par Félix LeMatou.

Lire la suite

mardi 30 mars 2021

KC Munchkin : King Pong contre Radiola

Le Videopac, c’était une expérience. Je vous parle d’un temps que les moins de euh, plusieurs décennies, ne peuvent pas connaître. Cette époque où les téléviseurs étaient ronds et pesaient une tonne, quand la prise péritel était un concept futuriste (j’en vois un au fond qui se demande si on avait la couleur : la réponse est oui, c’est nos parents qui vivaient en noir et blanc et se déplaçaient de manière rapide et saccadée en sortant de l’usine).

Allumer sa console à l’époque c’était la brancher directement à la prise de courant pour entendre résonner un TUDUDUDIP martial à vous arracher les oreilles. La magie du jeu vidéo c’était alors un joystick, un bouton et de l’action immédiate.

L’histoire du jeu vidéo a retenu le nom d’Atari, beaucoup moins celui de Philips/Radiola/Schneider/Brandt...

Lire la suite

dimanche 28 mars 2021

Repair Log : Hang On (Sega, 1985)

Pour inaugurer cette nouvelle rubrique, je voulais démarrer sur les chapeaux de roues avec Hang On. Le célèbre jeu de moto développé sous la supervision du légendaire Yu Suzuki jetait les bases du futur système Sega Super Scaler qui inaugurera une nouvelle génération de jeux d'arcade mythiques en pseudo 3D.

Lire la suite

mardi 23 mars 2021

Killer 7 : very bad trip

Dans le monde de la culture, la différence entre génie et escroquerie est parfois ténue comme le crin de cheval qui tenait l'épée de Damoclès.
Killer 7 est à ce titre un cas d'école, un titre tellement étrange, tellement radical qu'on se demande encore si c'est un chef d'oeuvre ou un beau foutage de gueule. On se demande aussi comment un truc aussi expérimental a réussi à franchir la frontière de son Japon natal.
Disons que si David Lynch avait jamais produit un jeu vidéo, il est probable que ça aurait ressemblé à ça, mais peut-être un peu moins bizarre et malsain même.

Lire la suite

mercredi 17 mars 2021

SSX Tricky : ça glisse in wonderland

Rien ne vieillit plus vite qu’une œuvre qui se veut dans l’air du temps. Les livres et les films et les séries, tous les travaux d'art, rien ne se périme plus rapidement que ce qui tente de se caler parfaitement dans la mode du moment, le "zeitgeist" comme disent les anglo-saxons. Mais pas SSX Tricky, non. On ne sait comment, le grand Satan Electronic Arts a produit en 2001 un jeu coolos à mort qui résiste encore aux outrages du temps. Est-ce la direction artistique bigarrée qui tire dans toutes les directions ? Le mix musical radical qui fait encore pleurer de joie les connaisseurs dans leurs chaumières ? Une jouabilité aux petits oignons ? Probablement l'alliance infernale des trois en même temps, mon capitaine.

Lire la suite

mardi 16 mars 2021

Densha de Go! : Et j’entends siffler le train...

Densha de Go!, débuté en 1996, c'est le mariage entre une simulation de train et un jeu d'arcade. Ce n'est pas le premier à proposer ce style de jeu (à savoir : arriver à l'heure, s'arrêter au bon endroit et ne jamais dépasser les limitations de vitesse), la série Train simulator de Ongakukan avait déjà fait ça un an plus tôt, sur PC, mais DDG a réussi à amener ça dans le domaine de l'arcade, et avec des contrôles réalistes.

Lire la suite

lundi 15 mars 2021

La Cyberlead ou l'exotisme selon Namco

Difficile de rester de marbre devant le look bien particulier de la borne d’arcade Cyberlead de Namco qui n’est pas à son premier coup d’essai dans le design de bornes exotiques puisqu’on doit à cette entreprise légendaire du jeu vidéo d’arcade les non moins étranges bornes Exceleena, la Consolette  […]

Lire la suite

mardi 9 mars 2021

Captain America and the Avengers : Cap ou pas Cap ?

Une musique grandiose jaillit de la borne d’arcade comme un orchestre symphonique en chiptune, une voix d’homme chaude et virile comme un acteur des années 50 annonce le titre en pesant sur chaque syllabe : THEEE AVEN GEEERS.
On est en 1991, les héros Marvel sont publiés sur du papier de mauvaise qualité dans des fascicules pas chers et on se planque pour les lire au collège.
C'est difficile à expliquer pour quelqu'un qui n'en lit pas : on a commencé à les acheter pour voir des combats de surhommes, on a découvert des romans feuilleton passionnants qui tiennent sur la personnalité des héros. Spider-man est un étudiant fauché, Iron Man est solitaire et alcoolique, les X-men sont persécutés comme des monstres...
(on est un peu tombé amoureux de Mary Jane aussi, ou de Tornade ou la Sorcière Rouge, mais on préfèrerait passer sous un camion que de l'admettre)

Lire la suite

mardi 2 mars 2021

Crackdown : agent tous risques


20XX, Pacific City est gangrénée par le crime. Les honnêtes citoyens n’osent plus sortir de chez eux après 18 heures tandis que les gangs paradent dans les rues comme des meutes de bêtes sauvages enragées. Vols de voiture, deal de drogue, trafic d'armes à feu ou d'êtres humains, rien n'est assez ignoble ni rentable pour les mafias orchestrées en sous-main par une fourbe entreprise chinoise.
Toute la ville est occupée ? Non ! Car un bâtiment peuplé d’incorruptibles agents de sécurité génétiquement modifiés résiste à l’envahisseur. Et ça ne va pas tarder à pleuvoir du plomb pour les gangs des Los Muertos et des Volks, et l’ignoble syndicat du crime Shai-Gen

Lire la suite

mercredi 24 février 2021

Astro Bot Rescue Mission : La VR a son Mario 3D

Fin 2018, James m'invite chez lui, un week-end, pour une petite session en petit comité. Thème de cette mini-session : présentation et test du tout fraichement sorti Astro Bot Rescue Mission, sur PSVR.

Lire la suite

- page 1 de 3